NEWSLETTER     NOUS CONTACTER     FAIRE UN DON

LA GENÈSE

Comment toute cette histoire à commencer…

Isabelle de Boves, présidente et fondatrice – pilote Air France

  

En 2011, alors que je rendais visite à ma tante missionaire dans ce quartier défavorisé, j’ai rencontré un petit  groupe d’enfants de 8 à 16 ans qui se réunissaient trois heures par jour après l’école pour étudier la musique avec un musicien du quartier.

Leur projet était simple : créer une fanfare « una banda de musica », comme il en existe beaucoup au Mexique. Faute d’ instruments, durant des mois, leur apprentissage s’est limité à l’étude du solfège… chaque enfant avait des étoiles plein les yeux en m’expliquant l’instrument dont il jouerait plus tard.

Ici, en Europe, beaucoup d’instruments sont inutilisés et là-bas, ces jeunes sans ressources rêvaient d’étudier la musique…  le lien était évident !

J’ai commencé à collecter pour eux des instruments de seconde main, des pupitres, becs,  anches, et partitions. Pour le transport de tout ce matériel,  j’ai bénéficié de l’aide de mes collègues navigants d’Air France.

C’est ainsi qu’en février 2012, a eu lieu la première livraison d’instruments à vent, puis, le projet s’est enrichi de guitares et de mandolines, et au fil des années, ce fut le tour des violons et violoncelles !

En 2014, le premier local de l’école de musique a été construit avec l’aide de la Fondation Air France. Nous avons formé en France un  luthier et l’atelier de réparation a ouvert ses portes garantissant la maintenance des instruments au sein de l’école. L’atelier est rapidement devenu l’un des meilleurs de la région !

Régulièrement, professeurs ou luthiers viennent d’Europe prêter main forte au projet. Certains élèves reçoivent de notre association une bourse pour étudier la musique dans un conservatoire supérieur ou à l’université.

Lorsqu’en 2011,  l’idée a germé d’aider ces jeunes à réaliser leur rêve, jamais je n’aurais imaginé que nous allions parcourir ensemble un tel chemin.  Ils sont maintenant deux cents élèves présents six jours par semaine à l’école de musique. Ils  prennent conscience qu’un autre avenir est possible, que par le travail, l’écoute et la discipline, ils peuvent construire de  grandes et belles choses. 

Ils ont trouvé dans la musique une dignité pour eux-mêmes, pour leurs familles et pour leur communauté toute entière.”